2020 à Golfech : Serrage de boulons… dans le personnel

À retrouver dans le n° 85 de Stop Golfech

Actions de l’ ASN vis-à-vis du CNPE de Golfech :
– Février 2020 le directeur a été convoqué par l’ASN pour sa gestion « mauvaise voire très mauvaise »
– une inspection de 2019 a mis en exergue « un manque de rigueur systémique dans la traçabilité, des insuffisances dans les analyses de risque et dans la maîtrise des fondamentaux de la conduite ».
Des problèmes systémiques du nucléaire liés :
– au vieillissement de réacteurs arrivés en fin de vie,
– aux chocs thermiques et mécaniques comme ceux liés au problème grave du 8 octobre dernier, qui dégradent les réacteurs,
– à l’augmentation de l’amplitude des contraintes climatiques qui placent les réacteurs dans des plages de fonctionnement hors conception (Températures de l’air, baisse du niveau d’eau des fleuves et rivières…),
– à la nécessité pour EDF de trouver, selon ses propres « sous-estimation » 320milliards d’euros dans les années qui arrivent,
Cette tempête financière, technique et humaine (- plus de 50 % des effectifs remplacés -) ne suffisaient pas aux malheurs de la centrale, le cocotier des dirigeants est secoué :
juin 2020, la responsable Hermine Durand de l ‘ASN Bordeaux est remplacée par Simon Garnier,
juillet 2020, le directeur du CNPE de Golfech, Nicolas Brouzeng est viré et remplacé par Cyril Hisbacq.
juillet 2020, le président de la commission locale d’information Mathieu Albugues est viré et remplacé par Jean- Michel Henryot.